AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 she's thunderstorm (parvati p)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
owl box : 5
pseudo : roamaway
avatar, © : neelam gill
multinicks : /
age : nineteen yo
job : trying to be a good seer
relationship : none
blood status : it's really a mystery
patronus : white tiger

MessageSujet: she's thunderstorm (parvati p)   Ven 15 Sep - 11:04


( Parvati Shama Patil )
- she is the reason storm are named after people -
nom, prénoms des consonances étrangères manifestes qui ne laissent planer aucun mystère sur l’exotisme de tes origines. Car même le plus crétins des british peut deviner que tes ancêtres ne vivaient pas sur cette île qui t’a pourtant vu naître. Parvati. La vraie. La déesse hindoue. La femme de la montagne. Tu te demandes souvent si tu es, toi aussi, une femme de la montagne. Shama. Plus doux. Plus tendre. Il n’est pas hasardeux qu’il soit seulement ton second prénom. Au final Parvati Shama Patil. Patil. Un patronyme lourd en héritage pour couronner ton identité. âge, date et lieu de naissance tu es née le quatorze avril mille neuf cent quatre-vingts à Londres, aujourd’hui tu as dix-neuf ans, normalement l’âge des possibles. Tu te demandes bien pourquoi. Plus rien ne te semble possible. Enfin plus comme avant. Plus rien n’est possible comme avant. nationalité et origines tu disposes de la double nationalité, jouissant ainsi de tes droits indiens et de tes droits britanniques. Multiculturelle, on te jalouse souvent. S’ils savaient à quel point c’est compliqué d’avoir un pied dans chaque monde, juste un, jamais deux. Pour les anglais, tu es indienne. Pour les indiens, tu es anglaise. Trouvez la logique. statut civil merlin seul sait à quel point ils ont été nombreux à faire battre ton coeur : filles ou garçons d’ailleurs. Tu savais rarement où donner de la tête, t’en faisais tourner pas mal aussi d’ailleurs. Quel jeu plaisant que de plaire. « Enchantée Parvati, coeur d’artichaut bourreau de coeurs ». Mais aujourd’hui tout est différent, le coeur d’artichaut n’est plus. Ton coeur a aussi mauvais goût qu’un choux de Bruxelles. Et on le sait personne n’aime les choux de Bruxelles. statut du sang pour ton père, la question du sang est une question primordiale. « Les patil ont le sang pur ! » ça ne fait aucune doute pour ton patriarche. Mais toi tu n’en as jamais eu la certitude. C’est vrai, après tout tu ne sais pas grand chose de ta lignée familiale indienne. Elle te paraît tellement vaste, tellement lointaine, tellement irréelle. Comment affirmer cette prétendue pureté sans la moindre once de doute ? Surtout. Tu as vu ta mère lever les yeux au ciel pendant les excès de zèle de ton père sur ce sujet. Les mères ont toujours raison. La tienne en tout cas. Cette prétendue pureté entretenue depuis des années aura au moins eu le mérite de te protéger des suspicions et des soupçons pendant la guerre. Aujourd’hui, tu ne dis plus rien à ce sujet. Lassée. Délavée. Pour toi le sang n’a pas d’importance, n’a plus d’importance. Vraiment aucune. Parce que tu penses à tous ces gens morts pour du sang. Juste du sang. Ce pauvre liquide rouge, poisseux. profession/études la divination fut toujours ce qui t’intéressait le plus. Pourtant rien ne te prédestinait à cette branche si nébuleuse de la magie. Très terre à terre, placer ton destin dans des feuilles de thé ou la densité de la fumée d’une boule de cristal te semblait improbable. Pourtant lors de ta troisième année quelque chose se passe, quelque chose te bouleverse : le Inner Eyes. Oui tu as le don du troisième oeil. Pourtant tu es loin des clichés de la voyante mystique et fanatique emmitouflée dans ses foulards et étioles. A la fin de la guerre, tu as ouvert une petite échoppe sur le Chemin de traverse. Rien de très ambitieux. Tu vends des artefacts, tu fais quelques prédictions, tu tues le temps, tu éponges les malheurs. Tu reçois les âmes perdues de ce monde qui ont perdu des âmes désormais dans un autre monde. Ils veulent que tu fasses le pont. Ca ne fonctionne pas comme ça. scolarité tu as été lionne, tu étais lionne depuis le début d’ailleurs et tu ne cesseras jamais de l’être. Tu as fait toute ta scolarité à poudlard, de ta première année, à ta septième année. Cette fameuse septième année que tu aimerai rayer de ta vie. Cette septième année que tu as passé dans la salle sur demande avec tous les autres élèves résistants. Cette année où tu as vu la mort, la souffrance, la désolation, la torture, le sang . baguette ta baguette, celle que tu as acheté à Ollivender sur le Chemin de Traverse lors de ce fameux été mille neuf cent quatre-vingt onze, elle est faite de bois de tilleul argenté, mesure trente-deux cm, et possède en son coeur un cheveux de vélane. épouvantard ton épouvantard c’est le monde. Ton épouvantard c’est le monde entier autour de toi qui ne te voit pas. Dans cette foule immense tu es ignorée. Personne ne te voit, personne ne t’entend, personne ne te regarde. L’ignorance est ton épouvantard. amortentia l’odeur iodée de la mer, d’un feu de cheminée, le musc et l’odeur des gulab jamun préparés par ta mère. lieu d'habitation un appartement dans le quartier de kensington. Merci papa pour cette opportunité. Tu n’aurais jamais pu te payer un tel loyer dans un tel endroit sans son aide simplement avec les maigres revenus de ton échoppe. Mais là bas tu te sens bien. Tu te sens en sécurité. Après les traumatismes, c’est un luxe qui n’a pas de prix. animal de compagnie tu possèdes ce chat blanc angora nommé Sani que tout le monde déteste sauf toi, évidemment. signes distinctifs physiques c’est inscrit sur ta peau, tu as l’inde comme édifice. Une peau caramel et de longs cheveux noirs de jais comme le reste de ta famille ce qui détonne pas mal avec tes camarades british à la peau pâle et aux cheveux clairs. Tu arbores également depuis peu un tatouage sur ton omoplate gauche, celui de ton signe astrologique en forme de constellation étoilée. Ta jumelle, Padma dispose du même sur son omoplate droite. Tu restes discrète sur son existence. opinions politiques tu sais bien que la haine n’engendre que la haine, mais il y a ce que l’on sait, et il y a ce que l’on ressent. Et ce que tu ressens lorsque tu croises un ancien fanatique du Celui dont on ne doit pas prononcer le nom ne répond à aucune logique. Ton coeur s’emballe, ton sang ne fait qu’un tour, le rouge de la colère monte à tes joues et le goût amer de l’injustice te vint en bouche. C’est pour cette raison que tu soutiens le parti des extrémistes. Il faut tourner la page, mais avant et pour ça, il ne faut pas laisser les crimes impunis. casier judiciaire vierge, tu étais à l’école, tu résistais à l’école, tu avais prétendument le sang pur, personne ne s’est intéressé de toi de si près qu’on en vienne à salir ton casier. ils avaient d'autres chats à fouetter, d'autres moldus à tuer, d'autres sang-mêlés à torturer. loisirs tu passes le plus clair de ton temps dans ta boutique, ton métier est également ta passion, c’est une chance comme cela peut parfois être un poison. Depuis le passage de la guerre, tu sors moins, tu t’amuses moins. traits de caractère tu es une force de caractère, tu as cette réputation d’entêtée tenace et coriace. Un volcan. Ta peau n’est pas un simple amas de cellules mortes, c’est une cuirasse, un blindage face aux cruautés du monde devenues bien trop nombreuses. Tu n’es pas sans coeur. Ton coeur est d’ailleurs infiniment grand mais aujourd’hui sanguinolent, tailladé par les horreurs de la guerre. Il est simplement protégé par une armée de barbelés placée là comme bouclier. Aujourd’hui pour les étrangers tu peux paraître froide, antipathique, cynique et hautaine. D’une certaine façon, c’est vrai, pour toi la meilleure défense, c’est l’attaque. Ta langue siffle le sarcasme comme une seconde nature et ton regard dévisage avec prudence et impudence.

another happy day
1 - Depuis son plus jeune âge, Parvati possède sa carte de la fashion police anglaise, il n'est pas question de plaisanter avec l'apparence. L'habit fait le sorcier. C'est une obsession qui pourrait faire passer la jeune indienne pour quelqu'un de superficiel mais heureusement d'autres traits de sa personnalité viennent faire mentir cette affirmation. 2 - Par exemple, elle adore se mettre en danger. L’adrénaline est devenue au fil des ans une sorte de drogue. Ce n'est pas pour autant qu'elle aime, les sports extrêmes, pour elle, l'utilité première du Quidditch est de pouvoir observer des muscles inopinément. Cependant vous pourrez la voir marcher le long d'un rempart avec un équilibre précaire un jour de grands vents. Vous pourrez également l'observer travailler avec des ingrédients explosifs ou s'approcher d'animaux particulièrement dangereux. Tout est bon se sentir un minimum vivante. 3 - Durant ses premières années à Poudlard, Parvati passait le plus clair de son temps à glousser et à s'amuser des ragots qui pouvaient circuler dans l'école. C'est un loisir qu'elle a su totalement abandonner au fil du temps pour aujourd'hui totalement l'abhorrer. 4 - Les jumelles Patil parlent très souvent de leur mère, mais assez peu de leur père. Il faut dire que l'homme leur a inculpé une éducation aux principes indiens sur de nombreux points, il est donc resté la plupart du temps en retrait. Plus elle grandissait, plus Parvati s'est sentie s'éloigner, pour aujourd'hui, être totalement étrangère à cet homme qui garde tout de même un oeil sur sa vie. 5 - Parvati serait prête à tuer pour protéger sa soeur jumelle, son double, sa moitié. Depuis la bataille finale, la demoiselle est incapable de regarder George Weasley dans les yeux. A chaque fois qu'elle tente d'imaginer ce qu'il peut ressentir, elle ressent la simple envie de mourir.

the emotional range of a teaspoon

( SAME BUT DIFFERENT ) monday, 14 april 1986

« stop Parvati stop ! »
Au milieu d’une petite aire de jeu londonienne, tu pousses le tourniquet sur lequel ton double et toi avez jeté votre dévolu. Plus toi que elle d'ailleurs. Mais vous faites toujours tout ensemble. Vous avez six ans. Vous êtes des enfants. Toi tu pousses le tourniquet afin de lui donner une grande vitesse avant de grimper dessus et de profiter de cette force centrifuge qui fera voleter tes cheveux et te fera perdre ton sens de l’équilibre. Tu ris déjà aux éclats. Tu n’écoutes pas Padma qui, cramponnée, a déjà peur. D’une agile impulsion, tu sautes sur la plateforme de fer. Avec la vitesse, tu dérapes, tu valdingues dans tous les sens. Tu entends de nouveaux cris. Tu as emporté Padma dans ta chute. Tu te retrouves alors les fesses dans les graviers, éjectée. Tu te relèves rapidement, tu as mal aux genoux et tes paumes te brûlent. Tu frottes les écorchures pour que la douleur s’évapore puis tu relèves le regard vers ta mère. Un sourire aux lèvres. La vitesse. La chute. L’adrénaline. Tu es déjà prête à recommencer. Tu souris. Pourtant ton regard ne la trouve pas. Ta mère n’est pas sur la banc. Ta mère aide Padma à se relever à quelques mètres de toi. Des larmes glissent sur les joues de ta jumelle. La peur. L’angoisse. La douleur. Elle n’est pas prête à recommencer. Elle ne sourit pas.
Vous avez six ans. Vous avez toujours tout fait ensemble. Depuis le premier jour de votre vie jusqu’à aujourd’hui. Inséparables. Siamoises. Soudées. Indissociables. Mais aujourd’hui vous avez six ans et vous êtes différentes.


( JOIN THE BRAVE ) friday, 4 september 1990

Le grand jour est là. Celui que tu attends avec impatience depuis des années. C’est le jour de ta rentrée à Poudlard. Tu as onze ans et ton destin s’apprête à basculer. Tu le sais. Tu le vois. Le choixpeau en face de toi te placeras d’ici quelques secondes dans la maison dont tu sortiras femme. Mais là ton regard glisse et coule sur le visage de ta jumelle toujours installée sous le choixpeau. Ce dernier vient de l’envoyer rejoindre les érudits et les sages. Tu as onze ans. Depuis le tourniquet tu sais que cela allait arriver. Padma aussi. Vous n’êtes pas surprise. Mais tu sens tout de même ta gorge se nouer et tes yeux s’embuer. Tu t’étais pourtant préparée. Tu le savais.
« Parvati Patil »
C’est à toi. Tu n’as pas le temps de d’étaler plus longtemps sur cette avalanche de sentiments. C’est ton tour. Tu ravales cette boule dans ta gorge et tu t’avances vers l’estrade d’un pas déterminé. C’est à toi. C'est toi. Tu t’installes sur ce minuscule tabouret. Tu fais alors face à la grande salle qui a entièrement les yeux rivés sur toi. Tu ne vois même pas Padma, déjà assise auprès de ses camarades. Tu n'entends sa dernière prière desespérée pour que tu la rejoignes. Le choixpeau ne prend que quatre secondes de réflexion. « Facile ! » glisse dit-il à ton oreille. Son verdict tombe. Tu l’entends à peine. La table des rouge et or se lève et hurle d’une seule voix face à cette nouvelle annonce. Parvati Patil, bienvenue à Gryffondor.


( THE INNER EYE ) tuesday, 16 october 1993

Cela fait déjà plusieurs cours de divination auxquels tu assistes. C’est mi octobre. Tu apprécies déjà beaucoup l’ambiance de la salle de classe. Elle ressemble à un vieux grenier aménagé en salon de thé à l’ancienne. Les fauteuils et les murs sont recouverts de tentures rouges et violines éclairées uniquement par des petits lanternes réparties un peu partout dans la pièce. Il règne ici une chaleur étouffante que l’odeur de l’encens et du thé n’arrange pas. C’est particulier. Très particulier mais tu aimes ça. Aujourd’hui, c’est la première fois que vous abordez la lecture des boules de cristal. Tu es installée à la table avec Lavande qui observe avec une grande intensité la fumée mouvante prisonnière du verre. Dans un souffle de frustration, elle la pousse vers toi, signe que c’est ton tour. Tu observes l'artefact d’un oeil méfiant malgré tout. La magie est souvent dangereuse. Tu viens d’en faire l’expérience dans le cours de Lupin lorsqu’il t’a confronté à un épouvantard. Tu te décides finalement de te concentrer sur le brouillard. Ton regard s’ennuie à fixer cette fumée duveteuse. Mais autre chose te maintiens en éveil. Tu sens quelque chose. Tu entends quelque chose. C’est l’odeur d’une combustion. C’est le bruit des flammes. Pourtant tu sens bien que ce n’est pas ici car Lavande n’a pas bougé d’un poil. Soudain quelque chose s’anime dans la boule de cristal. Une couleur d’abord. Rouge. Puis une forme de plus en plus distincte. Un oiseau. Ta concentration est telle que tu commences à avoir chaud mais tu veux continuer à en voir plus. L’oiseau est minuscule. Il se trouve au milieu d’un tas de cendres. Tu ne comprends pas. Tu lèves les yeux vers Lavande qui fixe toujours la boule de cristal d’un air ennuyé. Elle ne voit pas comme toi. Soudain tu sens une main se poser sur ton épaule, tu sursautes. Trelawney t’observe d’un œil bienveillant et avec un petit sourire complice.
« Je te présente Fumseck. Il m’arrive régulièrement de prédire sa renaissance également. »
Soudain, un mal de crâne s’abat sur toi, ta vision se trouble et tu tombes par terre. Tu n’entends pas Lavande glousser aux paroles de votre professeur. Tu tombes.


( HOPE MY BOYFRIEND DON’T MIND IT ) sunday, 14 february 1997

Il est vingt trois heures quinze. Tes lèvres rencontrent enfin les siennes. Elles sont douces comme tu l’avais imaginé. Ses doigts viennent se glisser dans tes cheveux comme tu l’avais imaginé. Et tes mains s’accrochent autour de son cou comme tu l’avais imaginé. A l’intérieur de ton ventre, des milliers de papillon s’envolent se mélangeant à un feu d’artifice d’émotions toutes plus belles les unes que les autres. Tu te sens légère. L’adrénaline et la passion s’écoulent dans tes veines à une vitesse vertigineuse qui te fait tourner la tête. Tu as l'impression d'avoir bu trois bouteilles de whisky pur feu. Pourtant, ses lèvres que tu viens de rencontrer, ce ne sont pas celle de ton petit ami. Lui se trouve quelque part dans le château à un endroit dont - pour le moment - tu te fiches éperdument. Ses fameuses lèvres que tu viens de rencontrer, elles appartiennent à Fay Dunbar, une élève de Gryffindor un peu plus âgée que toi. Cet instant est tellement magique que tu n’as même pas le temps de penser à ce qu’il va se passer après. Tu aimes embrasser cette fille, oui. Mais tu aimes également embrasser les garçons. Ce constat est indéniable. Ce soir est un grand soir pour toi car tu t’es découverte. Bisexuelle. Soudain, des bruits de pas raisonnant dans le couloir brise votre étreinte. Un groupe de Poufsouffle passe à côté de vous. Un même sourire malicieux illumine ton visage et celui de Fray. Et, à la seconde même où les quatre élèves ont tourné à l’angle du couloir, tu te retournes vers la demoiselle pour reprendre le baiser exactement là où vous l’aviez laissé.


( REBEL WITH A CAUSE ) monday, 23 november 1998

Tu observes le plafond alors que tu te sens prête à rejoindre les bras de Morphée qui te tentent depuis plusieurs heures maintenant. Au cours de la journée, Neville a autorisé les plus jeunes d’entre vous à coller au plafond de fausses étoiles scintillantes. Tu dois avouer que le résultat est plutôt pas mal, tu pourrai presque te croire allongée dans un champ, une nuit d'été. Certains d’entre vous n’ont pas vu la lumière du jour ou le sombre de la nuit depuis des jours voir des semaines. Réfugiés dans la salle sur demande pour fuir la tyrannie des Carrow, vous vivez comme des ermites. Rares sont ceux qui sont autorisés à quitter la salle pour une simple question de sécurité. Pour ta part, c’est le deuxième mois que tu es ici. A la rentrée, tu n’as pas tenu longtemps avant de t’indigner contre les méthodes mises en place par les mangemorts. Tu as été punie une fois. Une fois seulement. Au fin fond d’un misérable cachot, un élève de Serpentard t’a torturé durant de longues minutes. Lorsque tu es sortie de là, tu as récupéré ta soeur et tu as rejoins Neville et Luna. Vous étiez une petite poignée au départ, anciens membres de l'Armée de Dumbledore. Désormais, les effectifs ont quasiment triplés. Ce qui te fait le plus mal c’est de voir les plus jeunes terrorisés, mais ce qui est vraiment invivable ce sont les prédictions que ton Inner Eye te permet de faire. Tu vois des choses terribles en permanence, tu ressens des choses terribles en permanence. Tu te sens prisonnière. Prisonnière de cette salle. Prisonnière de cette guerre. Prisonnière de toi-même. Tu voudrais partir, fuir. C’est impossible. Où est-ce que ta soeur serait en sécurité ? Pourrais-tu te pardonner qu'il lui arrive quelque chose ? Tu repenses au tourniquet. Tu te ravises, c'est impossible. Tu te redresses précautionneusement pour ne pas renverser ton hamac et tu jettes un coup d’oeil en dessous de toi. Un maigre sourire s’affiche sur ton visage. Padma dort. En sécurité.


( DIDNT GET CAUGHT ) saturday, 2 May 1999

Ton visage est barbouillé de sang, le tien, le sien, le leur, tu n’en sais rien. Devant toi, vient de se dérouler l’ultime duel entre le garçon-qui-a-survécu et celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. Tu trembles. Tes mains tremblent. Le corps hideux et pâle de votre ennemi commun vient de retomber sur le sol comme un pantin désarticulé. Le temps s’arrête et se suspend. Tu vois quelqu’un se déplacer afin de vérifier s’il a été défait pour de bon. Il lance ses bras en l’air et tu entends le premier vrai cri de joie depuis de nombreux mois. En un instant, tout explose autour de toi : les pleurs, les rires, le soulagement, l’exaltation. Tu es percutée à plusieurs reprises par des combattants en liesse. Tu n’arrives plus à bouger, tu te sens vide de l’intérieur. Tu devrais être heureuse toi aussi. Tu devrais. Mais ton regard se tourne vers les trop nombreux corps alignés dans un coin de la grande salle. Tu observes les mines défaites de ceux qui ont perdu un proche. Tu ressens toute leur tristesse, tout leur chagrin. Tu ressens tout en plein coeur. Vous avez gagné mais vous avez perdu. Des larmes coulent sur tes joues sans que tu ne t’en rendes compte. Tu termines dans les bras de ton double. Tu t’accroches à cette partie de toi. Tu es en vie. Mais tu ne comprends pas pourquoi.


( EMBRACE REALITY EVEN IF IT BURNS US ) present

Ta main posée sur ton front, tu viens de te lever à la suite de ton client que tu raccompagnes jusqu’à la porte de ton échoppe. Après une poignée de main en guise d’aurevoir, tu le regardes s’éloigner en te pinçant les lèvres. Il est venu pour savoir si son avenir s’annonçait meilleur, lui qui venait de perdre sa femme pendant la guerre. Cependant, ce que ta boule de cristal t’a révélé n’avait rien de positif. Tu as préféré ne rien lui dire, comme souvent lorsque tu es confrontée à de telles situations. Vous venez de vivre une année traumatisante, difficile et douloureuse. Tu estimes que le moral des gens ne doit pas être miné encore plus par des prédictions qu'elles soient nébuleuses ou non. La séance t’a prit beaucoup d’énergie. Même si tu as fait des progrès depuis cinq ans que tu as découvert l’existence de ton Inner Eye. C’est toujours compliqué à gérer après une séance intense. Alors que tu t’apprêtais à rentrer à l’intérieur de ton échoppe, tu as senti une goutte de pluie s’écraser sur ta joue. Stoppée dans ton geste, tu te ravises. Tu lèves les yeux vers ce ciel gris londonien si caractéristique. D’autres gouttes s’écrasent alors sur ton visage. Tu fermes les yeux. La bruine devient pluie, tu sens la ferveur de l’eau qui s’écoulent sur ta peau affluer. Tu ne bouges pas. Autour de toi, les rares passants assez matinaux pour arpenter le Chemin de Traverse de si bon matin sortent leur parapluie ou accélèrent le pas. Bientôt, l’eau s’infiltre dans le tissu de tes vêtements qui se collent à ta peau. Tes cheveux dégoulinent d’un flot continu semblable à un torrent. L’averse est devenu orage. Le tonnerre brise le silence et un éclair déchire le ciel. Tu te décides à rentrer. La porte passée, tu jettes un coup d’oeil dans le miroir et essors tes cheveux. Tu n’as même pas froid. Depuis des mois, tu n’as plus jamais froid. La réalité c’est que tu ne ressens plus rien.

under the invisibility cloak:
 

_________________


SHE'S  THE  REASON  STORMS  ARE  NAMED  AFTER  PEOPLE


Dernière édition par Parvati Shama Patil le Ven 15 Sep - 17:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
owl box : 111
pseudo : maytherfucker
avatar, © : Lily Collins, vinyles idylles
multinicks : none
age : twenty-five years old
job : auror
relationship : single lady
blood status : pure blood, unknown heiress of the Black family
patronus : an eagle

( APARECIUM )
RP : on (eng/fr)
CONTACTS :

MessageSujet: Re: she's thunderstorm (parvati p)   Ven 15 Sep - 11:34

Bienvenue ! Superbe fiche Garde moi Un lien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
owl box : 18
pseudo : dahlia
avatar, © : alisha boe, hershelves
multinicks : /
age : 21 yo, almost 22.
job : soon-to-be nurse at ste-mangouste
relationship : lonely heart.
blood status : half-blood

( APARECIUM )
RP : on/off
CONTACTS :

MessageSujet: Re: she's thunderstorm (parvati p)   Ven 15 Sep - 19:59

parvati, je l'aime tellement
bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
owl box : 18
pseudo : SLYTHERNS // EVE.
avatar, © : ELLE FANNING. // © ICE AND FIRE.
multinicks : //
age : EIGHTEEN.
job : USED TO BE AN INSTRUMENT OF WAR.
blood status : PURE BLOOD. STUPID QUESTION.
patronus : AN OCTOPUS.

( APARECIUM )
RP : off.
CONTACTS :

MessageSujet: Re: she's thunderstorm (parvati p)   Ven 15 Sep - 21:49

neelam pour une patil, j'suis tellement amoureuse du choix.
tu me gardes un lien? bienvenue et bon courage pour la fiche, btw.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
owl box : 5
pseudo : roamaway
avatar, © : neelam gill
multinicks : /
age : nineteen yo
job : trying to be a good seer
relationship : none
blood status : it's really a mystery
patronus : white tiger

MessageSujet: Re: she's thunderstorm (parvati p)   Dim 17 Sep - 8:42

@aquila merci beaucoup ! et pas de soucis, Black dans mon koeur

@angelina et moi j’aime tellement Angie ! auto-love mutuel & réciproque

@astoria avec plaisir ! Merci beaucoup !  Le choix fut pas facile pour l’avatar mais je suis totalement satisfaite !

_________________


SHE'S  THE  REASON  STORMS  ARE  NAMED  AFTER  PEOPLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: she's thunderstorm (parvati p)   

Revenir en haut Aller en bas
 
she's thunderstorm (parvati p)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parvati Patil ( en construction)
» Parvati Patil (Gryffondor )
» Parvati Patil ( Gryffondor )
» I feel like... A THUNDERSTORM !
» don't tell me you're going - ft Parvati

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AFTER THE STORM :: Before the storm :: take me in the cauldron :: do the hippogriff-
Sauter vers: